uzin@mo = art + food + kulture + muzik + fiction + états d’âmes + karnet + exploration des sens + erotika + littérature de l'étonnement + inspiration + chronique

Tuesday, April 28, 2015

SAMPLING UZINAMO (aka Night of the Living Blog)

i travel through my own words
looking...
searching...

i travel through my previous posts
copying...
pasting...

i travel through my future writings
using what i have done in the past
using the creatures i have once myself given birth to

is this a crime?
hell, no!
why?

'cause at the end of the day...
they are MY words
they came from my mind, and
they will be put to good use...
to add substance to an existing short-story
to launch new ideas into various directions
to reproduce an atmosphere that has died alone on a word-loneliness deserted island...

i travel through uzinamo
mating parasites with non-specific terms
playing Frankenstein
in Dracula's brothel
intoxicating semi-colon
raping paragraphs from behind
choking subtitles with a radioactive belt
slitting throats with sampled prologues...

-30-

Muzik pairing :

Waiting For The Sirens Call by New Order


Labels: ,

Friday, April 24, 2015

UZINAMO RÉTRO : TROU NOIR

Cette semaine, mon klin d'oeil back to the future me ramène en décembre 2014, alors que ma plume raconte un kauchemar intersidérale en direct d'une ruelle de Purla...

WATCHOUT!

C'est par ici.

Que l'inspiration soit avec vous...

-30-

Muzik pairing:

Dead Souls - Joy Division

Mon salaire = uzine.mots@gmail.com



Labels: , ,

Wednesday, April 22, 2015

STARING AT THE SKIEZ

wordz by Alfred Balcon

staring at the skies
watching the oblivion taking over.

staring at the skies
witnessing one's soul self-destruct.

staring at the skies....waiting.

staring at the skies... just fucking waiting.

staring at the skies
wishing it all never took place.

staring at the skies
fist fucking tomorrow with yesterday's bitch.

staring at the skies
blinded by their ugliness.

staring at the skies
praying for redemption.

-30-

Muzik pairing:
The Day The Whole World Went Away - Nine Inch Nails

If you dig this post, leave a comment via (uzine.mots@gmail.com), if not just shut your trap... 

Labels:

Tuesday, April 21, 2015

SERIAL FREAKING WRITER

J'ai prouvé, karnet après karnet, surtout lors de mon dernier BOT, qui a enfanté plus de 250 posts konsécutifs, que ma plume était infatiguable. L'auteur, lui, l'est parfois. Ma plume a son propre cerveau. But that's another story...

IL FAUT que je puisse savoir saisir cette même énergie dans le kadre de mes fictions. Écire chaque jour pour me rapprocher de mon but, de mes objectifs d'être publié. Écrire pour rester en vie. Juste fucking écrire...

Je suis en train de lire Drama Queens de Vickie Gendreau. OMG. Troublante proze. Mais ce qui est encore plus troublant, c'est de voir combien elle a manqué de temps à la fin, la maudite salope de fin. Manque de temps pour vivre. Manque de temps pour écrire. Mais si elle avait début son marathon d'écriture plus tôt? Avant le passage de la Faucheuze. Avant le retour de chariot final...

J'ai décidé que j'ékrirais pour ce qu'elle n'a pas pu écrire. Mais je ne voudrais surtout pas affirmer que j'ai son talent... Mais je vais y mettre tout mon soul.

Essayer d'être un badass serial writer...

POULICHE PUNK ROZE.
ENKRE MULTICOLORE.
DESTIN NOIR.
CHATTE ROUGE.
KOUCHER DES MOTS SUR PAPIER/
LES AKKOUPLER AVEC DU KY POIVRÉ.
EXTRAIRE TOUT SON SOUL DANS UN KAFÉ SANS FENÊTRE.
BLOGUER SON AMERTUME DANS DES PARKS SANS FAIM.
SE KOMMANDER UNE PIZZA EXTRA DÉSARROI DANS UN TAKE-OUT IMAGINAIRE.
ORGIE DE FENNECS DANS UN BORDEL RADIOAKTIF.
METTRE UN POINT AU BOUT DE SA VIE.
KONJUGUER LE VERBE FUCK EN RÉ MAJEUR
MOURIR LE JOUR DES FUCKING ORDURES.

Si le cœur vous en dit, laissez votre trace sur uzinamo via un commentaire
(
uzine.mots@gmail.com), sinon j’ai appris à vivre avec votre silence anyway! 

-30-

Muzik/video pairing :

Labels: , ,

Monday, April 20, 2015

Horde de partikules dans un étang gluant

J’amorce cette semaine une vaste opération de remise à jour de ma vie…
  1. publication de vieux posts (uzinamo) qui traînent dans ma tête depuis trop longtemps
  2. classement de dossiers et divers papiers nuizibles dans mon labo
  3. remize à la marche rapide le soir (éventuellement la kourse)
  4. faire diverses lectures perso avant le coucher (pas de la fiction) afin de nourrir ma muze
  5. prendre de l’avance dans mes assignations (magazine) en kours
  6. prendre un peu plus de temps pour moi pour me repozer
  7. faire avancer mes projets littéraires : Vickie Gendreau a sorti son 2e roman Drama Queens après sa mort, moi je veux être publié avant de passer l'arme à gauche...
  8. faire le ménage de mon garage…
-30-

Muzik pairing :

Broken – Depeche Mode

Si le cœur vous en dit, laissez votre trace sur uzinamo via un commentaire
(
uzine.mots@gmail.com), sinon j’ai appris à vivre avec votre silence anyway! 

Thursday, April 16, 2015

Station 2 Station : FOOD Station (26)

Station réglisse.

Deux boules de crème glacée passées 23h00.

La sonnerie se fait entendre pour avertir les passagers que le train s'apprête à démarrer... Last call, folks!

Une belle grande blonde aux jambes interminables court de toutes ses forces pour tenter de ne pas louper le départ... Son parfum aux effluves d'ailes de poulet ouvre l'appétit des gens sur son passage.

Elle réussit finalement à se faufiler entre les deux portes du train, comme une tranche de  fromage entre deux boulettes de viande, alors que celles-ci sont en train de se refermer sur elle comme les puissantes machoires d'une tortue atomik.

Une fois avalée à l'intérieur, elle perd pied sur un berlingot de lait traînant sur le plancher crasseux et renverse son latté sur la jupe couleur saumon d'une veillarde assise près d'elle sur un banc jaune citron.

Délicieuse entrée en matière, vous me direz!

Dans le train, nous sommes tassés comme des sardines... L'air est suffocant : on se croirait dans une friteuse!

Tiens, c'est Madame Laframboise qui est en pleine discussion avec le boucher du coin. Ce dernier n'a pas dû se brosser les dents depuis sa dernière agape, car de longues particules de viande froide sont restées prises dans son épaisse barbe (à papa).

La grande blonde en question désire s'éloigner de la tumulte des portes et se fraye un chemin à travers les carcasses environnantes.

Méchant buffet d'individus : elle passe tout d'abord devant un type musclé dont les bras ornent un délicieux hamburger sur chaque bicep.

Puis il y a cette grande échalotte insignifiante qui refuse de bouger pour la laisser passer.

Misère.

Elle n'a pas eu le temps de se trouver une place à son goût que déjà la voix familère de l'opératrice du train annonce déjà la prochaine station : Macaroni.

Zut!

Le train arrête sa course folle. Les portes s'ouvrent et les passagers se lance à l'éxtérieur du wagon comme des rôties sorties brutalement d'un grille-pain.

Sur le quai, des nappes de gens se déplacent. L'atmosphère est laiteuse.

Les gens èrrent comme des légumes dans une minestrone.

À l'extérieur des murs du métro, les restaurants sont pleins à craquer : on digère ses ennuis et mastique ses désirs...

FOOD, FOOD, FOOD...

La vie est une sempiternelle spaghettata.

Eat till you drop!

Waiter!

Bon appétit!

-30-

Muzik pairing :

Milkshake - Kelis
Sci-Fi Wasabi - Cibo Matto
Bread and Butter - Devo
Ice Cream - Jean Leclerc
Red Red Wine - UB40
Waiter! - French B

















Labels:

Tuesday, April 14, 2015

LA (FUCKING) BLANCHEUR

elle pousse comme de la mauvaise herbe, cette saloperie de blancheur.

elle s'incruste dans tous les recoins de nos vie, comme une lèpre sociale, comme une stupide uqam en constante grève de l'intelligence...

partout.

fucking partout.

ce soir, c'est sur ma feuille de papier que la blancheur se manifeste.

j'ai le goût de tout fracasser, de tout anéantir, de vendre ma vie sur Kijiji et de l'offrir au plus donnant.

mais je vous en avise d'avance, je suis une ordure.

je suis un foutu ramassis de livres et j'écris jour et nuit.

de retour à nos moutons... pourquoi moi?

pourquoi me faire ça ce soir...

suis un écrivain/blogueur/chroniqueur/courseur moi...

j'ai des comptes à rendre, moi.

des mots à vomir, des nouvelles à publier, un putain de blogue à alimenter.

pas le temps de me faire chier avec une page blanche de mes deux.

no fucking way, not on my fucking watch...

je dois (sur) produire.

écrire jusqu'à ce que mes doigts ne soient que des lingots de sang...

écrire jusqu'à ce que du pus me gicle du nez...

écrire jusqu'à ce que vos yeux prennent en feu, sous l'ardeur de mes mots brûlants... motherfuckers!

écrire... pour tuer la blancheur... lui couper la tête et servir du tartare de saumon dedans une fois que sa coquille aura été fracassée en deux... avec des croûtons de viande humaine.

mais à force de trasher la vie, on dirait subitement que les mots me viennent... j'éjacule à grands coups de proze disparate la torpeur interne de mon désarroi nauséabond...

silence on frappe icitte... sur le klavier. mains et pieds. détruisons cette machine satanique qui a fait coaguler mes idées. Tiens, mange mes mots, vache cosmique de mon anus jupiterien.

crève blancheur maudite...

RIP writer's block. BOOM!

Je viens de te vaincre salope : GAME OVER, bitch!

-30-

Muzik pairing :

Go! - Tones on Tail


Labels: , ,

Friday, April 10, 2015

AU BOUT DE TOUT...

regarde autour de toi...
tout bouge...
dans le martèlement plastik d'une jument à trois pattes...
tout brise...
dans le passage de la nuit incolore...
tout s'agite...
méfions-nous de l'ogre qui dort...
avec comme décor une tapisserie de membres décomposés...
dans le ruminement de son apocalyptique vomissure...
tout s'arrache...
comme une dent de sagesse carnivore...
que l'on d-racine avec la tête d'un reptile abinos...
lève tes orbites vers le ciel..
tout est noir...
zénith putride aux quatre coins d'une sonate trisomique...
tout éclate...
comme un train xplorant les entrailles d'une putain atomique...
tout déchire...
comme l'accouchement malencontreux d'un tricycle amphibien..
au bout de tout...
tout meurt...
plus vorace qu'une mégère sur l'acide...
plus tenace qu'un squelette diabétique...
plus pugnace que l'aurore violacée...
plus limace qu'un arc-en-ciel invertébré...
tout se décompose...
regarde autour de toi...
il n'y a plus rien...
sinon la triste présence du futur antérieur de ta décadente démesure...

-30-

Muzik pairing :

Envoyé - The Young Gods

Labels: , ,

Thursday, April 09, 2015

ANTI SHIT

wordz by Alfred Balcon

profound disgust for everything...
hating more tomorrow than the day before...
not remembering what is used to be like being grateful...
spitting on the grave of reality...
breaking every rule in the book...
circumcising every fresh ideas with the blade of dullness...
admitting the irrational...
aborting boredom...
killing yourself part-time..
cheating on your own dreams with someone else's talents...
protesting where the streets have no name...
confessing your sins to a godlike machine...
praying to die when you just got born...
drinking bad blood...
sharing needles with lucifer...
running on empty on the highway of hypocrisy...
painkillers are the new smarties...
sharing a cab with the devil...
heading for a cul-de-sac of toxic wastes...
shitting yourself on judgement day...
anti shit...
anti whore...
anti fuck...

-30-

Muzik pairing :

Devil's Mouth - Ian Astbury

Labels: , ,

Wednesday, April 08, 2015

BRADBURY MANIA


ma kollection de bouquins de Ray Bradbury est tout simplement formidable.


ses kollections de nouvelles sont étonnantes et intriguantes.

je me sens choyé de pouvoir le compter parmi mes auteurs préférés.

son oeuvre m'inspire à me dépasser et à transporter mes projets de fiction dans d'étranges territoires...

BRADBURY FOREVER!

-30-

Muzik pairing :

Are 'Friends' Electric? - Gary Numan


Labels: , , ,

Parfois...on ne choizit pas toujours d'ékrire!

Dans l’univers sordide dans lequel nous évoluons, il n’est pas rare d’entendre des paroles qui nous glacent les veines.

« Wow, tu es tellement chanceux de pourvoir écrire », tombe directement dans cette triste catégorie. « Moi, je donnerais tout pour être comme toi ».

Be kareful what u wish 4…

Détrompez-vous, je suis très reconnaissant d’avoir cette habileté derrière le klavier, mais cela ne vient pas toujours sans payer un prix.

Parfois… on ne choizit pas d’ékrire…

Mais parfois ce sont plutôt les mots qui nous choisissent. Ce sont ces mêmes mots qui soit nous prennent en otage ou encore qui sélectionnent notre cerveau comme espace de fécondation.

Une fois portés à terme, ils voleront de leurs propres ailes après avoir quitté notre nid.

Mais pendant la croissance de cesdits segments lexicaux, combien de fois sommes-nous réveillés la nuit pour gribouiller sur papier toutes ces idées qui hantent nos esprits?

Mais pendant le mûrissement de ces idées de génie, combien de nos histoires déjà en cours devrons-nous mettre de côté pour accommoder ces cohabitants littéraires?

L’envers de la médaille? Une fois que nous sommes willing and able de bien gérer la surproduction de notre muse interne, nous ne manquerons jamais d’idées…

Nous écrirons pendant l’éternité durant, nos pulsions bradburiennes dévorant le klavier de nos envies karnivores. Nos machines à ékrire divines, seuls passeports vers notre rédemption…

Parfois, nous sommes roi et maître de notre imaginaire…

Mais parfois, on ne choizit pas d'ékrire. Ce sont plutôt les mots qui nous choississent…


-30-

Muzik pairing :

The Fly - U2

Labels: , ,

Sunday, April 05, 2015

Zen Station #82

PRAY, READ, WRITE, EAT, LOVE...

-30-

Muzilk pairing :

Go - Moby

Labels:

Thursday, April 02, 2015

THE ART OF WORD ASSOCIATION...

My imagination works like A GARDEN.

The more U feed IT : the MOrE stuff GROWS!

In order 2 feed my beautiful word-garden, I have been READING a lot of STORIES by the legendary RAY BRADBURY.

He inspires me mucho!

Recently, I have purchased the book MYOPIA by one of the coolest dudes on EARTH, Mark Mothersbaugh from DEVO.

Hiz POSTCARDZ project iz somewhat similar/close/in synch to/with the WORD ASSociation project of BRADBURY.

AND this inspires me a great FUCKING deal 2!

-30-

Muzik pairing :


Labels: , ,