uzin@mo = art + food + kulture + muzik + fiction + états d’âmes + karnet + exploration des sens + erotika + littérature de l'étonnement + inspiration + chronique

Monday, March 30, 2015

SUPERNOVA : DÉVORER LES SONS (D)

[ étoile filante lumineuze dans le ciel fade de nos ékrits monotones ]

devant la foule incandescente, l'archet sans gluten diachylonne la pelure de banane tribale, enfantant ainsi une horde de sons meutrissant les tympans de l'abstinence.

au plein centre de l'arène suintant la sucrose, un lutin matraque un triangle rectangulaire, lui faisant éjaculer une rivière d'harmoniques cannibales.

cette lutte sans merci de fréquences libidinales se termina dans un coma maléfique intoxiquant ad nauseam le plus frigide des pélicans...

-30-

Muzik pairing :

Percussionne - The Young Gods


Labels: , , ,

Sunday, March 29, 2015

WORD PORN (AKA FIFTY SHADES OF PULP)

On suppose que vous êtes dans le mood...
Qui ne le serait pas dans de telles konditions...

La chambre déborde d'obscurité.
Vous avez laissé vos vêtements sur la chaise, comme billet d'entrée

Il fait noir et chaud...

Vous savez ce que vous voulez mais vous ne savez pas comment vous y prendre...

Elle vous attend...
Prête...
Étendue sur la table.
Blanche.

Vous vous approchez...
Les idées ruissellent dans votre crâne...
Elle sera sublime et vous le savez trop bien.

Cela fait si longtemps que vous attendez ce moment...

Elle fait votre envie nuit et jour.
Vous y êtes presque.
Si proche.
Xcité.

Vos mains entre en contact avec sa texture...
Vous êtes nerveux.
Elle vous reçoit...
Mains moites, ardeur dans le regard.
Elle vous séduit.

Vous humez sa splendeur, vos narines en font le plein.

Impossible de résister : vous vous mettez au travail.

Elle frissonne au contact de votre peau.
Vous lui en donnez pour son argent.
À grands coups de passion, vous déchirez la protection de sa naïveté
Vite, plus vite.
Fort, plus fort.
Vous la remplissez de votre désir.
Tous vos sens sont mis à profit.
Elle s'abandonne sour votre gouverne : FIFTY SHADES OF PULP!

Bientôt, votre énergie est concentrée vers l'épicentre de tous les plaizirs.
Vous vous préparez pour la grande finale.
Rien n'est épargné.
Transpiration abondante.

Respiration sakkadée.
Muscles tendus.
Étanchéité de la pensée.
Elle fond sous la pluie de vos mots.
Vous la possédez en entier...

OH MY GOD!

Encore quelques secondes et ça y est...
Vos perdez tous vos moyens.
Sprint final.
Drogue lexicale.

Avec le cri primal d'un guerrier en pleine chasse, vous projetez avec force le fruit de votre semence sur la feuille étalée devant vous.

Bingo : premier chapitre terminé.

Vous vous étendez près d'elle en vous allumant une bonne cigarette pour reprendre vos forces...

Elle en redemande...

Puis vous la retournez, fébrile, pour reprendre les ébats de plus belle...

Orgie d'ékriture...

-30-

Muzik pairing :

Closer - NIN








Labels: , ,

Ékrivain D-Maské (G)


écrivain diabétik
écrivain diabolik

écrivain boudé
écrivain adoré

écrivain confus
écrivain tordu

-30-

Muzik pairing:

Smack My Bitch Up - The Prodigy

Labels: , ,

Thursday, March 26, 2015

DKLIN / part 1

J'avais dit jamais...
Je m'étais menti à moi-même, caché derrière mes insécurités.

Devant moi, une bière, mon portable et ce comprimé aux couleurs modernes.

Puis il y avait mon corps qui n'attendait que la venue de cette substance chimique dans ses entrailles pour débuter ce voyage fantastique.

J'avais toujours refusé, mais je suis devenu faible. Insoucieux. Influençable.

Fucking page blache, ce que ça peut faire...

Les écrivains sont des lâches...

365 jours sans pouvoir écrire et s'en était fait de mon intégrité. Je ne comprends même pas comment j'ai pu survivre si longtemps.

Je prends une gorgée de bière, prend le truc multicolore entre mes doigts nerveux. Déjà, sans même avoir rien avalé, des feux d'artifice éclatent dans le ciel gris de mon déclin.

Déjà, je sombre dans le vice...

Tu viens avec moi?

A suivre...

-30-

Muzik pairing:

Lucy in the Sky with Diamonds - The Beatles



Labels: , ,

Wednesday, March 25, 2015

Station 2 Station : Rouge kourse ou l'art presque perdu de savoir saluer son prochain (25)

8h00.
Ligne Orange.
Métro Cartier (ou plutôt dans les petites rues l'entourant).

Neige fondue.
Chaussée sèche par endroit, mouillée ailleurs. Mais dans les deux cas, sale. Et putain, komment!

On ne peut pas dire que le stationnement se fait de manière plus aisée avec ces banquettes de glace qui ornent le sol.

Comme à chaque matin, je marche le plus rapidement possible pour atteindre le métro.
Deux raisons justifient ce geste : primo, pour arriver au boulot à temps, secondo, pour brûler davantage de kalories. Eureka!

Comme à chaque matin, je rencontre ce joggeur vêtu de ROUGE. Je ne sais pas trop quel âge il peut bien avoir, mais il n'est ni jeune ni vieux. Il court un point, c'est tout...

Il a la grâce d'une gazelle. Il n'en est pas à ses première kourses, ça c'est certain.

Son rythme est assuré. Sa démarche athlétik et bien rythmée.

L'opinion que j'en ai est que cette activité soit une passion pour lui, une drogue, un passeport vers le bonheur.

Je ne sais pas à quoi il pense ou ce qu'il fait avant et après une kourse. Il ne semble pas apporter de l'eau avec lui. Que fait-il dans la vie à part courir? Quelle est sa nationalité? Quelles sont ses ambitions? Qui sait.

Mais ce qui me passionne le plus dans nos interactions, c'est comment elles ont évolué au fil du temps. Véritable kommunion vers le bonheur.

Les premières fois où nous nous sommes kroizés, nous avons échangé un simple signe de la tête en guise de salutation, un peu pour signifier : hey bro, c'est donc bien fucking kool ce que tu fais...

C'est devenu ensuite un signe de la main. Évolution des kommunications.

Puis, il a commencé à me dire un bon matin rempli de soleil...

Depuis un bout de temps, lorsque nous nous kroizons, je lui dis : bonjour, ça va bien? Oui et toi?

Dans notre société froide, aseptizée au Purell, izolée dans notre petite bulle numérik kotidienne, dans notre plazir solitaire comme des enfants-roi le matin de Noël, il est quand même extraordinaire de voir deux humains qui ne se connaissent même pas, prendre le temps, le kourage, voire le risque de même peut-être ozer ouvrir la bouche et échanger des formules de courtoizie qui semblent être éteintes comme de primitis dinauzores...

Et par le fait même pratiquer l'art presque perdu de savoir saluer son...prochain!

-30-

Muzik/video pairing:





Labels:

Tuesday, March 24, 2015

GAP (Galerie d'art de Purla) : White Sun / oeuvre #32

TAGZ : white, sun, space, halo, stars, life, intergalactik, kosmos, earth, asteroids, espace, univers, planète, Terre, lunar, blancheur, void, néant...

-30-

Muzik pairing:

March of the Pigs - NIN

Labels:

Monday, March 23, 2015

Bouillon de kulture : Exposition « U2 : une chanson, une photo (39)

Ce matin dans le métro (au métro Cartier), en passant devant une affiche annonçant la venue de U2 à Montréal cet été
(4 représentations plutôt qu’une), j’ai réalisé que je n’avais pas encore mis en ligne mon papier sur l’expo U2 : une chanson, une photo, 3e édition de l’exposition noir et blanc du Club Photo Blainville (CPB).


Aussitôt pensé, aussitôt posté. Le voici le voilà. Étant donné que j’avais adoré l’expo sur laCalifornie, j’ai voulu connaître la prochaine activité du CPB et le projet de photo à propos de U2 était la prochaine assignation du Club.



Bien que l’expo ait déjà pris fin, vous pourrez certainement apprécier certaines œuvre de l’événement grâce aux fotos du présent billet.




En gros, cette expo avait comme but de produire une foto à partir d’une chanson du légendaire supergroupe irlandais. Si j’ai bien compté lors de mon rapide passage, 28 fotos étaient présentée à la Galerie d’art de Blainville (GAB) dans le cadre de cette sympathique revue.








« L'inspiration m'est venue simplement en lisant le titre de la chanson; j'aime donner un effet dramatique à mes compositions photographiques et ce titre correspondait parfaitement à ma vision. Il me restait à trouver la façon de réaliser le tout. Comme je n'avais pas de modèle, j'ai décidé de faire un auto-portrait avec ma caméra suspendue au-dessus du bain. La photo finale est un montage de trois photos assemblées dans le logiciel Photoshop », explique le photographe Claude-André Fortin, qui s’est mérité le prix d’Or pour sa photo Drowning Man dans le cadre de la 3e édition de l’exposition noir et blanc du Club Photo Blainville.


Mis à part les deux superbes fotos de Misteur Fortin (Drowning Man et Near The Island), voici mes autres coups de coeur : New York (Martine Landry), Windows in the Sky (Claude Dumas), Electrical Storm (Marc Archambault), Miracle of Joey Ramone (Marie-France Falardeau) et Every Breaking Wave (Stéfan Saint-Pierre).


Enfin, étant un adepte du groupe, j’ai beaucoup aimé les différentes visions que cette palette de fotografs ont bien pu construire autour des œuvres de U2. Il est à noter que la salle était également agrémentée de divers objets et items de collection, merci à la collaboration de François Bellefleur, membre du CPB et grand fan de Bono et sa bande. Seul bémol, la musique qui jouait dans la salle n’était pas celle du groupe irlandais…



-30-



Muzik Pairing :


The Miracle (of Joey Ramone) / U2




Labels:

Sunday, March 22, 2015

RIP BOT!

Je suis assis dans ma kuizine.

La marmaille vient juste de tomber dans les bras de Morfée.

Une autre bûche dans le foyer vient de réveiller le feu qui mourrait...

Entre deux courriels et deux recherches pour un sujet d'article de magazine, je pianote le présent karnet à propos du défunt BOT qui vient de prendre fin?

Pourquoi ne pas continuer le blog-ô-thon?

1- toute bonne chose à une fin...
2- je crois avoir brizé mes propres records, me prouvant ainsi que j'étais kapable de porter à terme ce projet...
3- ai besoin de recharger un peu mes batteries...
4- se réinventer, c'est faire les choses autrement...

Est-ce que cela voudra dire qu'il y aura moins de matériel de publier sur cet incroyable blogue? Fuck, non!

C'est comme si je remettais un peu le chrono à zéro. Something like that...

Je veux être kapable de poster souvent sans être prisonnier de cette formule BOT, c'est tout.

Merci de votre intérêt et soutien constant,

Fondateur de l'uzine.

Moi

-30-

Muzik pairing :

Brand new - Pharrell

Labels:

Monday, March 16, 2015

PEE-WEE (HERMAN) IZ BACK, BABY!

And it's about fucking time!













Karnet 225 / BOT 2015.1

-30-

Muzik pairing:



Big Mess - Devo

Labels:

Sunday, March 15, 2015

Zen Station #81

Les livres sont une célébration de la vie!

Karnet 224 / BOT 2015.1

-30-

Muzik pairing:

Retour à la maison / Jean Leloup

Labels: ,

Saturday, March 14, 2015

DAS BLOG!

Une touche, une émotion, des lettres pour l'exprimer.

Des mots pour imaginer, surprendre et tuer... l'ennui, l'ennemi.

Un rendez-vous quotidien, un échappatoire, une seringue lexicale.

Une monstre tentaculaire, une guillotine maléfique, décapitation orthographique.

Un couteau, une carabine, un clavier.

DAS BLOG IS THE SHIT!

Karnet 223 / BOT 2015.1

-30-

Muzik pairing:

Nihil - KMFDM

Labels: , ,

Friday, March 13, 2015

UZINAMO RÉTRO : MA Remix

Cette semaine, je vous ai transmis mon appréciation de 22h22, nouveau né d'Ariane Moffatt. Mon klin d'oeil back to the future me ramène en novembre 2012, alors que je parlais d'un autre enregistrement d'AM, MA Remix...

C'est par ici.

Que l'inspiration soit avec vous...


Karnet 222 / BOT 2015.1

-30-

Muzik pairing:

Debout - Ariane Moffatt

Thursday, March 12, 2015

Zen Station #80

Tout comme ses ennemis, il faut garder ses rêves à portée de main...

Karnet 221 / BOT 2015.1

-30-

Muzik pairing:

Sevastopol - Moby

Labels: ,

Wednesday, March 11, 2015

Bouillon de kulture : 22h22 / Ariane Moffatt (38)


L'album des dualités, de la féminité et de la maternité.

Pour faire suite au très viscéral et charnel MA, Ariane Moffatt nous revient en splendide forme avec le lumineux et ô combien personnel 22h22, le cinquième album (avec sa magnifique pochette aux couleurs violacées) de l’artiste montréalaise.

Cette nouvelle livraison joue sur la dualité, à savoir son rôle de mère/son statut d’artiste, la nuit/le jour, l’organique/le synthétique, le piano/l’électro, le rêve/l’éveil.

La thématique entourant la toile de fond de 22h22 (le titre du CD) est riche et est exploitée avec brio ici. 22h22, c’est l’heure qui a inspiré Ariane à reprendre le chemin vers le studio d’enregistrement et 22h22, ça représente également autant le couple que les jumeaux qui sont au cœur de la (nouvelle) vie de la musicienne multi-instrumentaliste. Le résultat? Un album-concept envoûtant qui respire le bien-être et la sérénité, une palette muzikale injectée de dream pop, de silences confortables et d’atmosfères ambient, avec ses nappes de claviers d’une efficacité renversante. À la fois très différent et brillant. Étant moi-même artiste, j'ai beaucoup aimé la démarche derrière le retour d'Ariane qui se veut un tremplin d'inspiration pour toute personne qui mène plus d'une vie de front...

Mais avant de vous laisser avec un petit guide piste-par-piste de 22h22, je souligne les manquements suivants :

Comme j’ai trouvé beaucoup de ressemblances avec le son de Depeche Mode, il aurait été intéressant comme DM a fait par le passé d’offrir quelques pistes instrumentales qui, en gardant l’essence sonore de l’album, aurait pu proposer quelques expérimentations électro/ambient plus poussées comme seule Ariane sait le faire (genre intro/outro). Dans le même ordre d’idées, un peu à la sauce de Hotel de Moby, des pistes supplémentaires à saveur électro/techno/ambient auraient pu se retouver sur un 2e CD dans le cadre d’une version Deluxe à tirage limité.

Également j’ai ressenti qu’il manquait ici un tantinet de la densité et du groove de l’effort précédent MA (par exemple, les effets de voix au vocoder de La pluie et le beau temps).
  1.  22h22 : cette pièce met la table de façon admirable pour la suite des choses. Les claviers new age et les différentes pauses tout au long de cette piste sont succulents. C’est sans contredit la colonne vertébrale de cette livraison.
  2. Rêve : musicalement, c’est le petit frère de Mon corps (MA). J’aime l’ambiance onirique qui est installée ici.
  3. Nostalgie : une ode à sa nouvelle vie. Passage obligé. J’adore la section rythmique (hypnotique) de cette piste et la saveur imaginaire de ses paroles.
  4. Debout : premier single de 22h22. Cette chanson est une belle lettre d’amour à Florence, sa conjointe et mère de ses enfants. Une pièce dansante d’une efficacité redoutable. Nos pieds s’agitent, c’est plus fort que tout, c’est comme ça…
  5. Les tireurs fous : ici Ariane montre un peu les dents à la lueur des récentes fusillades qui ont fait la une des quotidiens (Ottawa, Charlie Hebdo, etc.). Elle essaie de protéger ses enfants contre la violence qui ravage la planète. Le titre le plus engagé de l’enregistrement. Efficace et touchant.
  6. Retourner en moi : pièce planante et minimaliste. L’enrobage des claviers est très intense avec un beau crescendo énergique vers la fin de la piste.
  7. Domenico : chanson ayant comme thème l’itinérance. Retour en mode piano-voix qui offre un pont intéressant dans la séquence des titres. Les claviers planants y sont sublimes.
  8. De mort à vivant : belle prise de conscience par rapport aux deux petits amours qui garnissent dorénavant son existence. La transition entre les rythmes (lent/rapide) est intéressante.
  9. Miami : autre titre hautement dansant de l’album, c’est sans contredit la toune la plus pop d’Ariane à ce jour. C’est une espèce de blend entre du vieux Madonna et Abba. Étrange et catchy, ça prend toutefois quelques écoutes avant de l’apprivoiser.
  10. Matelots et frères : Avec 22h22, un autre moment fort de l’album avec l’échantillonage des voix des jumeaux ainsi que son piano expérimental. Riche et innovateur.
  11. Les deux cheminées : une autre piste qui joue avec la symbolique du chiffre 2. C’est autant l’histoire d’amour du couple qu’un clin d’œil aux deux matelots et frères. Ses séquences de synthés sont trippantes.
  12. Toute sa vie : autre belle innovation que ce cœur magique constitué d’une cinquantaine de voix d’internautes et fans. Un beau cadeau pour boucler la boucle. 
-30-

Karnet 220 (c'est drôle, il y a beaucoup de 2 ici aussi...) / BOT 2015.1

Muzik/video pairing:



www.arianemoffatt.com

On se procure 22h22 sur iTunes ici.



Labels: , , ,

Tuesday, March 10, 2015

Station 2 Station : THE LOST ART OF READING A (PAPER) BOOK (24)

Wordz by Alfred Balcon

Tuesday morning. Cartier Metro.

It felt weird getting down the stairs in the subway today, trying to catch the morning train to get to work (on time).

I made it in just in time before the doors closed, feeling trapped like a mouse in a cat’s mouth.

The feeling got even weirder once I was confined in the small transportation space with all these strangers. Heavy winter coats and backpacks of careless students did not help the matter either.

I felt as if all eyes were set on me. Like a vulture scanning a prey. But why? I was not dressed differently than either other day. And I even had my favorite perfume on, the one that got me all those nice comments last week-end at my friend’s book launch.

Since there was an empty seat right in front of me, I decided to sit down. The man sitting next to me was sleeping, probably lost in some digital dream, a set of earphones plugged in his hearing organs.

I took a deep breath, sat up straight and decided to take a good look around me. Nothing had changed. Everybody was still staring at me, or should I say at what was being held between my two sweaty hands.

Oh my God! I was simply holding a… BOOK.

A real BOOK. Not a digital one, but a real BOOK made out of paper… Burroughs in wordz.

What was so horribly wrong with that?

A quick look at the crowd surrounding me made me realize that I was the only one with such an archaic device in his possession.

Everybody else was holding some sort of an electronic gadget in order to get informed, to listen to muzik or to just plainly chill.

I felt like an alien.
Homesick.
Drowning in a pool of megabytes.

Different. Inferior. Even borderline stupid.

I felt so sick to my stomach…

As the doors opened at Jean-Talon Metro Station, I tried to get up, my stomach slowly starting to send the rest of the body signals that the greasy breakfast ingested early on was soon to be recalled outside of its walls, but I was forced to stay seated by what seemed to be two strong robotic hands.

Suddenly, THEY started to get closer to me. Closer. So bloody close.

I wanted to scream, but they all belonged to the same cult. It was no use.

A millions fingers started to tear up my coat…

Until they could reach inside my shirt.

It seemed as if they were ALL looking for the same stuff.

The invading hands abruptly switched from the front to the back of my torso.

And a few seconds later, everything stopped moving. There was a deadly silence.

Their hands quit their insane bodily search cold turkey…

They had found whatever the fuck they were looking for.

I felt my skin being pulled. Stretched. But it did not hurt.
An unknown button was unexpectedly 
pressed in my back…

I passed out as the lights went off…

When I opened my eyes again, I was one of them…

-30-

Karnet 219 / BOT 2015.1

Muzik pairing:

Me I Disconnect From You / I Die : You Die - Gary Numan

Labels: ,

Monday, March 09, 2015

SFWB (SEMI FUCKING WRITER'Z BLOK)

Je ne sais pas trop...

Je pense que peut-être que...

Je n'ai pas la certitude de ce que j'avance...

Aucune prize de sang ne l'a confirmé...

Aucun médium l'a vu dans le fond d'une tasse de thé...

Mais, propriétaire de mon corps et de ma tête, je ressens la possibilité de l'éventualité d'une certaine impression qu'il soit enviseagable que j'aie été viktime d'un SFWB...

Pas au niveau de l'écriture du prézent journal de bord, mais davantage au niveau de mon écriture magazine...

J'ai eu de la mizère à rassembler mes idées, j'ai eu le sentiment que je reculais au lieu d'avancer...

À un certain moment donné, j'ai senti que toutes les touches de mon klavier étaient des backspace...

Toutes!

J'étais arrêté, alors que tout le monde sprintait...

Triple fuck!

Mais le week-end dernier, j'ai vu la lumière au bout du tunnel. Les ténèbres se sont estompés pour faire place à une rayonnante révélation = j'ai remis un texte qui semblait interminable.

Le sujet était hot, mais idées étaient hot, mais je ne réussisais pas à fermer la parentèze... NO DEAL!

Et cela m'a fait le plus grand des biens.

Maintenant, je me sens léger comme l'air, mes épaules ont perdu un poids énorme, l'espace-disk libre de mon cerveau a triplé, et je me sens d'attak pour relever les autres défis qui m'attendent.

Merci de votre patience, ceux qui m'ont laissé prendre le temps nécessaire pour sortir de ma torpeur.

L'honnêteté est toujours la voila plus sûre...

I'M BACK, BABY!

ALLÉLUIA

-30-

Karnet 218 / BOT 2015.1

Muzik/video pairing:


Labels: , ,

Sunday, March 08, 2015

GAP (Galerie d'art de Purla) : Pink Sun / oeuvre #31

TAGZ : pink, sun, space, halo, stars, life, intergalactik, kosmos, earth, asteroids, espace, univers, planète, Terre, lunar

Karnet 217 / BOT 2015.1

Muzik pairing:

Under the God - Tin Machine

Labels: ,

Saturday, March 07, 2015

GAP (Galerie d'art de Purla) : Black Sun / oeuvre #30

TAGZ : black, sun, space, halo, stars, darkness, intergalactik, kosmos, earth, asteroids, espace, life, univers, planète, Terre, noir

Karnet 216 / BOT 2015.1

Muzik pairing:

Black Celebration - Depeche Mode

Labels: ,

Friday, March 06, 2015

GAP (Galerie d'art de Purla) : Purple Sun / oeuvre #29

TAGZ : purple, sun, space, halo, stars, intergalactik, kosmos, earth, asteroids, espace, life, univers, planète, Terre

Karnet 215 / BOT 2015.1

Muzik pairing:

Purple Rain - Prince

Labels: ,

Wednesday, March 04, 2015

KABANE A SKREAM (PART 1)

salle pleine à kraquer.

danse karrée et kretons.

bengay et potirons.

orgie rural.

sukroze et glukoze.

parfum tcheap.

faux ongles.

pepsi maywest.

tante ginette pis oncle gaston.

tous koupables de plaizirs gloutons.

brutus revient du (zombie bowling).

sa soif de sang n'est pas assouvie.

he'z got an uncontrollable urge...

il tient l'arme gazo-métalik entre ses grosses mains poisseuzes.

gazo-fun/blood on the run/smash/destroy/gone.

ze killing game in the making motherfuckers!

2 B KONTINUED...

Karnet 214 / BOT 2015.1

Muzik pairing:

Chainsaw - Skinny Puppy








Labels: , ,

GAP (Galerie d'art de Purla) : (Death of the) Orange Sun / oeuvre #28

TAGZ : orange, sun, space, halo, stars, intergalactik, kosmos, earth, asteroids, espace, life, univers, planète

Karnet 213 / BOT 2015.1

Muzik pairing:

Orange Crush - R.E.M.

Labels: ,

Tuesday, March 03, 2015

GAP (Galerie d'art de Purla) : Green Sun / oeuvre #27

TAGZ : green, sun, space, halo, stars, intergalactik, kosmos, earth, asteroids, espace, life

Karnet 212 / BOT 2015.1

Muzik pairing:

Planet Earth - Devo

Labels: ,

Sunday, March 01, 2015

GAP (Galerie d'art de Purla) : Blue Sun / oeuvre #26

TAGZ : blue, sun, space, halo, stars, intergalactik, cosmos, earth, asteroids, espace

Karnet 211 / BOT 2015.1

Muzik pairing:

Blue - La Tour

Labels: ,